Lundi

Nous étions à l’église et attendions les célébrants lorsque mon fils m’a dit « pourquoi c’est des juifs qui célèbrent la messe aujourd’hui ? ». J'ai vu 3 évêques qui avaient revêtu leur « kippa » violette pour l’occasion. C’est toujours rafraichissant les enfants !

 

Mardi

J’ai terminé le livre ET PUIS, PAULETTE… de Barbara Constantine (Calman-Levy). J’ai adorééééé !!! Un livre sur la solidarité entre les générations. Il fallait y penser, elle en a fait un livre qui se lit comme on savoure une bonne coupe de champagne -ou d’eau fraîche pour toi, tata-, ça pétille, c’est festif, utopique diront certains. Moi, je pense que c’est l’avenir… A lire, à lire, à lire !!

Et puis Paulette

 

Mercredi

C’est organisé, j’ai réussi à caser mes enfants chez ma sœur pour le week-end. La perspective de ce RV avec mon amoureux est à la fois réjouissante et effrayante. Ça fait tellement longtemps qu’on ne s’est pas retrouvés tous les deux que je me demande si on va trouver d’autres sujets de conversation que les sujets d’intendance habituels ! Le couple est quand même sacrément mis à mal avec ce quotidien qui le grignote chaque jour davantage. En même temps, ça me fait penser à la réflexion d’une amie qui m’a dit « tu sais, à un moment, tu te demandes si le quotidien n’est pas le ciment du couple parce sinon, il n’y a plus grand-chose qui le tient, un peu comme une dentition mal entretenue dont le tarte serait la seule chose qui empêche les dents de tomber ». A méditer, c’est REDOUTABLE…

 

Jeudi

Soirée littéraire mensuelle.

Virginie Deloffre nous a présenté son 1er roman LÉNA (Albin Michel) qui vient de recevoir le prix des libraires 2012. Je n’étais pas particulièrement attirée par ce livre mais son amour de la Russie, qui lui a été communiqué par sa mère qui lui lisait du Tolstoï et Dostoievski alors qu’elle était âgée d’à peine 5 ans, et le passage qu’elle a lu m’ont convaincue que c’était un livre à découvrir.

Virginie Deloffre

 

Elisabeth Barillé nous présentait quant à elle UNE LEGENDE RUSSE (Grasset). Son grand-père, un russe blanc qui avait vécu la vie de la grande bourgeoisie a émigré en France en 1919. Elle conduit de main de maître ces allers retours entre la vie de son grand-père et l’amour de Lou Andreas-Salomé et le poète Rainer Maria Rilke.

Ce soir, pour répondre à la question, pourquoi la Russie, elle parle longuement de son grand-père et notamment des histoires de jeunesse qu’il lui racontait. Elle se souvient de récits empreints de tellement de luxe et de magnificence qu’elle se demandait s’il n’était pas un peu mythomane.

Quand elle évoque ce sujet, ça me fait sourire. Je ne me peux m’empêcher de penser à mon arrière-grand-mère, princesse d’une ethnie vietnamienne avant que la guerre ne l’oblige à s’enfuir vers la France. J’éprouvais le même sentiment lorsqu’elle me racontait qu’elle était portée en palanquin, qu’elle avait eu les pieds bandés, ses parties de chasse aux tigres à cheval et tous les domestiques. Le décalage était tellement énorme entre ce qu’elle me racontait et la vie que je menais que je me demandais si elle avait vraiment vécu tout ça ou si elle  affabulait un peu.

 

En rentrant, j’ai retrouvé un livre d'Elisabeth Barillé dans ma bibliothèque PETIT ELOGE DU SENSIBLE (Folio). Je l’avais choisi pour une phrase inscrite sur la 4ème de couverture « Je choisis l’ordre du sensible contre la tyrannie sclérosante des ambitions ». Définitivement des points communs avec cette femme…

Elisabeth Barillé

 

Bon, j’avais envie de vous dire plein de choses sur cette soirée littéraire, j’espère que je n’ai pas perdu tout le monde !

 

Vendredi

J’ai lu dans une revue hebdomadaire "hautement philosophique" GRAZIA, pour ne pas la nommer, - oh oui, je sais ce que vous pensez, que des pages de pub et de mode. En même temps, il faut bien que les fashionistas fassent tourner l’économie en ces temps de crise, sinon, où va le monde ? Bon au milieu de toutes ces pages qui en rebutent certains et certaines, j’ai trouvé un article sur Elisa Sednaoui. Bon, j’avoue le nom me dit quelque chose mais je suis incapable de dire ce qu’elle fait dans la vie. Bon, on peut dire que c’est une touche à tout, mannequin, actrice en plus d’être jolie (évidemment !), elle a dit quelque chose qui m’a interpelé, je ne sais pas pourquoi. LOL

Je fais un copier/coller de l’article. Merci à Grazia de ne pas me poursuivre smiley clin d'oeil1

« Vous n’avez jamais peur de l’échec ?

Non, parce que même si je me trompe, qu’est-ce que je risque ? Au moins j’aurais essayé… C’est le plus grand problème que l’on a, nous les humains, on se laisse paralyser par l’opinion des autres et par la peur. Quand on arrive à régler ça, on vit beaucoup mieux.

Le regard des autres n’a pas d’importance pour vous ?

Qui sont les autres pour nous dire qui on est ? C’est eux qui doivent nous valider, vraiment ?... »

 

 

Grazia 130412 C'est Elisa Sednaoui. Oh pas si belle en fait, hein :-)

 

 

Fin de la semaine de TOC' (Trouble Obsessionnel Compulsif - le mien, l'écriture)

Bisounettes a tutti, prenez soin de vous et à dimanche prochain !